Close
L’analyste financier Nicolas Goetzmann explique, dans une tribune au « Monde », que les taux négatifs ne sont pas la conséquence de « l’argent gratuit » déversé par la Banque centrale européenne sur les marchés, mais de l’absence de perspective de croissance due à la politique restrictive antérieure de la BCE.